La dalmaticose : nouveau fléau sur l’olivier

Depuis quelques années, on voit se développer des taches sombres sur les fruits, à partir du mois de juillet ou août et jusqu’à la récolte. Cette maladie est due à une maladie appelée dalmaticose. Elle est provoquée par un champignon introduit par un insecte dans le fruit. Cet insecte, une cécidomyie, pond ses œufs dans une ponte de mouche de l’olive.

dalmaticoseLes symptômes sont très visibles sur les olives : des taches rondes, brunes à noires, sèches, bien délimitées et en dépression. En enlevant la partie brune, on peut trouver dessous la larve rose caractéristique des cécidomyie.

Le développement de la maladie est très souvent liée à la population et aux dégâts de mouches de l’olive. Les vergers traités à l’argile sont souvent moins atteint par la dalmaticose que les vergers traités par des insecticides car la couche argileuse gêne la cécidomyie pour pondre, comme la mouche.

Les traitements au cuivre ont pour le moment eu peu d’efficacité sur cette maladie, de même que les autres produits autorisés sur oliviers. En réduisant les piqûres de mouches, on réduit les dégâts de dalmaticose.

Dès que vous utilisez un produit même bio, protégez-vous.

La mouche de l’olive : la lutte biologique

La mouche de l’olive est déjà présente dans les vergers. Il existe plusieurs produits et techniques pour limiter son action, pas tous accessibles aux particuliers.

Olivarbo - La mouche de l'olive » Tout d’abord à savoir : la femelle de mouche de l’olive s’arrête de pondre quand les températures dépassent 35°C dans la journée et en soirée quand elles dépassent 28°C – il faut plusieurs jours de ces T° pour avoir un effet sur la population et l’action de la mouche. Au contraire, quand les T° sont comprises entre 20 et 30°C, les conditions sont idéales pour elle et ses petites larves ! « 

Si votre piégeage commence à capter quelques mouches et que les T° sont idéales pour la mouche, il faut intervenir pour limiter cette première génération de juillet. Pour les professionnels en bio, traitez avec l’insecticide biologique autorisé et 5 jours après (pas plus !) couvrez avec de l’argile à forte dose. Si vous n’avez pas la possibilité de traiter avec l’insecticide bio, passez tout de suite l’argile. Pour les particuliers, peu de solutions : poser des pièges (bouteilles-pièges, plaques jaunes engluées) et pulvérisez l’argile. L’utilisation de pièges seuls est limité et peu efficace en cas de moyenne et forte pression.

Le renouvellement de ces traitements se fait selon : le grossissement des olives, les piégeages, la météo, les produits disponibles et les autorisations de les renouveler ou pas, la date de récolte (quand on arrive en fin de saison)….

Si les T° sont trop chaudes, n’intervenez pas mais restez très vigilants car la moindre petite baisse de T° (1 ou 2°C peuvent suffire) est fatale !

Dès que vous utilisez un produit même bio, protégez-vous

Pour plus de renseignements, contactez-moi